Auto-discipline pour développer un sentiment d’efficacité personnelle

Auto-discipline et exigence : le système scolaire attend des élèves qu’ils soient persévérants dans l’effort et qu’ils travaillent toujours plus pour acquérir de meilleurs résultats. On attend de nos enfants qu’ils se motivent et ne baissent pas les bras, qu’ils soient performants sans leur donner nécessairement les clés pour y parvenir.

Parfois, un coaching d’orientation scolaire peut aider poser les bases d’une bonne organisation scolaire.

Il me semble que l’auto-discipline est la compétence fondamentale qui permet de d’acquérir et de développer toutes les autres : la persévérance, l’engagement, la mémorisation, l’endurance, la confiance en soi, le goût de l’effort et la croyance que réussir c’est possible. Je ne crois pas au déterminisme social qui tendrait à penser que nous sommes câblés pour réussir ou non.

Certes l’environnement dont nous sommes issus est plus ou moins favorable pour réussir ses études et peut être aidant pour se construire et donner un cadre. Mais il ne fait pas tout ; il existe de très nombreux exemples de personnes ayant eu des parcours de vie très difficiles étant enfants et qui sont aujourd’hui des hommes et des femmes patrons d’entreprises, sportifs reconnus, créateurs d’entreprises….

Quelles sont leurs forces ou leurs stratégies ?

Lors de témoignages, pour chacun d’eux il y a eu un élément déclencheur : quelque chose qui s’est passé à un moment de leur enfance et qui leur a donné l’envie de faire autrement.

C’est ce qu’on appelle des leviers de motivation : ils ont identifié pour quoi ils souhaitaient persévérer : rendre fier un parent, réussir des études, apprendre une langue, gagner un concours ou une compétition.

Pour chacun d’eux l’objectif était clairement identifié et ils ne se laissaient pas d’autres choix que celui d’y parvenir. André Agassi a partagé « c’est à l’âge de 10 ans que j’ai gagné Wimbledon pour la 1ère fois… dans ma tête »… une détermination à devenir le meilleur, et pour cela il s’est entraîné sans relâches, il a entraîné son mental à la compétition; et il n’a pu y parvenir que parce qu’ils s’est fixé des objectifs et s’est astreint à une forte auto discipline, une exigence de soi-même.

Un des principaux leviers à l’auto-discipline est donc la motivation : Identifier pourquoi (ou pour quoi) se motiver. En quoi est-ce important de réussir mieux en maths, de poursuivre ses entraînements de foot, d’être meilleur en français, d’améliorer sa communication avec son entourage…. A quoi cela va-t-il me servir (l’idée du sens) et qu’est-ce que je mets en place pour y parvenir.

Comment booster son auto-discipline ?

L’auto discipline c’est la mise en place des actions qui vont permettre d’atteindre notre objectif ; c’est la capacité à se contrôler et être exigent avec soi-même pour plus d’efficacité. Il est certain que se fixer un cadre de travail exige beaucoup de rigueur (et nécessite aussi de ‘laisser de côté’ certaines activités plus ludiques). Mais il est structurant et déterminant pour réussir ses études.

Pour un collégien, les premiers gestes d’auto-discipline en termes d’organisation peuvent être les suivants :

  • s’astreindre à faire ses devoirs tous les soirs à la même heure,
  • se coucher plus tôt,
  • faire quelques exercices supplémentaires dans une matière (et entraîner son cerveau à faire un petit effort supplémentaire, car plus on le sollicite et plus il va se développer),
  • préparer son cartable la veille…

Ce peut être aussi d’identifier une personne qui va être notre alliée, une personne dite ‘Ressource’ sur laquelle il est possible de compter. Se contrôler, exiger de soi, se fixer un cadre conduisent à créer les conditions de réussite.

Il est prouvé que les élèves qui sont capables de se maîtriser sont ceux qui développent par la suite les meilleures performances. J’en réfère au « Test du Marshmallow » réalisé dans les années 60 par un chercheur en psychologie, Walter Mischel : test effectué auprès d’un panel de 550 enfants auxquels on offre le choix suivant : manger un marshmallow tout de suite, ou bien attendre et en obtenir deux plus tard…
Ces enfants ont été suivis pendant une vingtaine d’années et il s’avère que ceux qui ont fait preuve d’auto-discipline à 5 ans en ne mangeant pas le Marshmallow immédiatement sont ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats aux concours d’entrée à l’université et qui ont davantage de confiance en eux….

C'est notre Détermination qui rend les choses possibles

On ne décide pas du jour au lendemain de s’auto discipliner. Pour y parvenir le jeune ou l’adulte devra d’abord répondre, par exemple, à ces questions :

  1. Qu’est-ce que je souhaite atteindre comme objectif en étant plus exigent avec moi-même ?
  2. A quoi cela va-t-il me servir (réussir son année ou un examen, passer un concours, un entretien..) ?
  3. Qu’est-ce que je mets en place comme action concrètement ?
  4. Je démarre quand et où ?
  5. Quels peuvent être les freins ou les sollicitations qui peuvent m’empêcher de me discipliner ?
  6. Quelles peuvent être les personnes sur lesquelles je vais m’appuyer ou celles que j’identifie comme étant des exemples pour moi ?

Sur des parcours d’orientation ou de motivation avec les jeunes que j’accompagne, la prise d’engagement est nécessaire pour qu’ils adoptent des comportements nouveaux : et c’est cette compétence d’auto-discipline qui rend possible cet engagement.

Dans la vie on n’a pas ce qu’on mérite, on obtient ce qu’on demande. Lorsque les résultats de nos efforts deviennent visibles, alors on développera un sentiment de compétence qui viendra nourrir la confiance en soi. 

Catégories : Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *